Généralement, lorsque les futurs chefs d’entreprise se questionnent sur la création de leur structure, ils sont nombreux à pencher du côté de la SARL. Rapidement, ils se rendent compte que le choix n’était pas aussi attractif.

Aucun capital minimum n’est imposé pour la SARL

Avec l’essor des professions destinées au Web, la création de la SARL est au cœur des débats. Il faut noter qu’elle présente plusieurs atouts, car aucun apport minimum n’est exigé. Cela rend ce statut particulièrement intéressant notamment chez les jeunes entrepreneurs qui souhaitent se lancer dans le business. Selon la réglementation en vigueur, 20% du capital doit être proposé dès la naissance de la société, le reste devra être versé dans les cinq années qui suivent celle-ci. Ce mode opératoire est donc séduisant, ce qui explique l’engouement suscité par cette SARL composée au minimum d’un associé.

La SARL pourra exister pendant 99 ans

En ce qui concerne la prise des décisions, elle s’effectue lors d’une assemblée générale et il est important de préciser que la durée de vie est tout de même confortable. En effet, une telle société a les capacités de vivre pendant 99 ans au maximum, mais ce délai peut être prolongé grâce aux statuts. Toutefois, au fil des années, certains dirigeants constatent que les pâturages sont un peu plus verts chez les voisins qui possèdent une SAS. La transformation est tout à fait envisageable, car les avantages sont aussi au rendez-vous. Contrairement à la SARL, elle s’avère être particulièrement flexible, elle est ainsi sélectionnée par les nouveaux entrepreneurs qui veulent agir dans la plus grande simplicité. Les démarches en France sont souvent nombreuses et laborieuses, lorsqu’il est possible de les rendre beaucoup moins complexes, les Français ne sont pas contre cette idée.

La SAS s’avère être plus souple même si elle a des points communs avec la SARL

Le transfert est séduisant puisque la Société par Actions Simplifiées vous donne la capacité d’adapter les statuts avec une grande souplesse, ce qui n’est pas forcément le cas avec une SARL. Il est également judicieux d’insister sur le fait que les deux structures possèdent plusieurs points en commun à savoir la responsabilité limitée, le capital social minimal, mais la SAS est beaucoup plus attractive pour les financements et la croissance. De nombreux experts ont tendance à la comparer à la Société Anonyme, car elle suscite une véritable crédibilité auprès des investisseurs. C’est donc un gage de fiabilité qui vous permet par exemple de jouir plus facilement d’une levée de fonds.

Aucun plafond pour les associés avec une SAS

Contrairement à la SARL, vous avez la capacité de vous associer avec un nombre indéfini de personnes. Alors qu’un plafond de 100 collaborateurs est au rendez-vous avec cette première entreprise, ce n’est pas le cas avec la SAS. Cela vous donne les moyens nécessaires pour optimiser votre croissance sans prendre en compte la transformation future. En effet, cette limite peut représenter un frein non négligeable, certaines structures peuvent ainsi se restreindre pour ne pas se rapprocher de ce plafond, car cela engendrerait un transfert vers une entreprise plus souple.